Retour à la page d'acceuil

Témoignages

Nos bénévoles nous ont parlé de façon émouvante de leurs activités au sein de VSArt. On verra que beaucoup d'eux trouvent qu'ils reçoivent plus qu'ils ne donnent...

Différents témoignages :


Témoignage d'une Conférencière : Sabine

Je suis Conférencière à VSArt
Cette tâche consiste à offrir entre une heure et une heure et demie de récit à un public qui n’est jamais le même et auquel nous devons nécessairement nous adapter. Ma préférence va vers les histoires vraies car elles ont très souvent un goût de madeleine ; elles réveillent des souvenirs que beaucoup croyaient avoir oubliés. J’aime tout particulièrement faire intervenir le public, quand cela est possible bien sûr, en posant des questions ou bien en créant une forme de suspens. Il y a souvent des moments très amusants, d’autres très émouvants. Il y a des moments difficiles aussi et voici peut être l’expérience qui m’a le plus touchée : je devais parler de Schubert dans un établissement occupé par des personnes très âgées, souffrant pour la plupart de la maladie d’Alzheimer ; lorsque je suis arrivée, une trentaine de personnes étaient déjà installées dans la salle. Mais leur regard était absent. L’affaire m’est apparue terriblement délicate. Je devais prendre la parole une petite heure et jamais de ma vie, je n’ai eu un tel sentiment de parler dans le vide. J’avais ce sentiment étrange que rien ne pourrait les toucher. Mais lorsque les premières mesures de la Truite ont retenti dans la salle, j’ai entendu fredonner le lied par une, puis deux, puis cinq puis dix voix. Certains chantaient même en allemand. Saisie par l’émotion, j’ai attrapé un vague crayon et j’ai battu la mesure.

Qu’est-ce que cette activité m'apporte
Très simplement et très loyalement tout d’abord, le plaisir personnel de lire, d’apprendre, de rechercher les anecdotes les plus plaisantes, de trouver le sujet qui peut plaire ou plus exactement qui doit plaire; celui d’écrire, de rechercher un plan le plus clair possible, et de trouver les mots qui conviennent. Ensuite, le plaisir infini de transmettre à d’autres une histoire qui est devenu une passion tant elle nous a occupés pendant de nombreuses heures. Le plaisir aussi d’une rencontre avec les membres de l’association. Et par-dessus tout puisque c’est bien là ce qui nous réunit tous, le plaisir de raconter une histoire, de saisir des étincelles dans des yeux fatigués, de partager un moment avec des personnes en difficulté, et de leur faire oublier pour un temps, à la mesure de nos moyens, leur âge et leurs maux. Et ce qui est extraordinaire est que nous finissons nous-mêmes par en oublier les nôtres.

haut de la page

Témoignage d'une animatrice de RécréArt :

Laure, "Depuis dix ans déjà, l'équipe RécréArt, lancée par Paulette Vigneron, apporte aux enfants hospitalisés quelques moments privilégiés d'éveil aux activités artistiques. L'idée de départ est toute simple : rassembler des bénévoles qui iront dans les hôpitaux faire vivre aux enfants malades une parenthèse de bonheur autour d'activités artistiques. Où cela se passe-t-il ? Là où l'hôpital peut nous accueillir : l'atelier existe d'abord dans l'enthousiasme de l'enfant. Même s'il n'est parfois qu'un coin de chambre, de salle à manger ou de salle de jeux. Tout commence par la motivation : un conte, l'observation des œuvres d'un peintre ou l'expérience d'une matière. Et puis sur le thème retenu, on commence à créer, à détourner des objets quotidiens, à en imaginer d'autres, à travailler les volumes, les couleurs.

Bien évidemment, nous éprouvons des difficultés, celle de travailler avec des apprentis-peintres sans cesse différents car beaucoup ne restent pas longtemps à l'hôpital. Celle de construire des séances qu'il faut souvent réadapter en fonction des enfants que l'on découvre, de leur âge, de leur état médical. Les uns arrivent parfois avec leurs perfusions, les autres doivent interrompre leur chef d'œuvre pour partir en soins. Ce pari pouvait laisser sceptique : est-ce bien le moment de faire découvrir l'art aux enfants quand ils sont malheureux, partagés entre la souffrance et la solitude ? Dix ans de jeux, d'évasion, de rêve et de créations parfois étonnantes montrent que ce pari était finalement très sage."

haut de la page

Témoignage d'une animatrice VSArt Jeunes :

Elisabeth, Depuis de nombreuses années, je pratique le modelage d’argile pour réaliser des objets et des sculptures de terre cuite. J’ai toujours dessiné ou peint pour mon plaisir. Mais je n’ai jamais eu l’occasion d’enseigner. Partager cette passion et ce plaisir de créer avec des enfants de quartiers dits « sensibles », dans un cadre extrascolaire, m’a paru d’abord un devoir d’équité : emmener des enfants au musée, leur faire découvrir les œuvres, leur rendre les artistes familiers et les lieux d’expositions attrayants. Plus ces enfants seront en contact avec le patrimoine, mieux ils se sentiront intégrés dans la société, maintenant, mais également plus tard, à l’âge adulte. Ils se rendront compte que les œuvres peuvent leur parler, les émouvoir, les inspirer, et qu’eux-mêmes savent être des créateurs, qu’ils ont la possibilité de s’exprimer, grâce à l’art, indépendamment du langage qu’ils ne maîtrisent pas toujours bien. Cette démarche permet également de valoriser des enfants qui peuvent être défavorisés dans le système scolaire traditionnel et, à cet égard, il faut souligner l’importance, pour cette valorisation, de l’exposition publique des travaux en fin d’année. Le rôle des bénévoles est surtout de « donner à voir », de susciter l’envie de découvrir, de « titiller » l’imagination des enfants et de les aider à découvrir des techniques. La façon très libre et spontanée dont la plupart des enfants abordent la création artistique fait que l’on remet en question pas mal d’a priori. Il faut également toujours concilier l’aspect ludique et l’aspect didactique des ateliers, sans jamais perdre de vue l’exigence de qualité de VSArt.

En ce qui me concerne, la préparation des ateliers du mercredi m’oblige à me documenter, à rechercher des exemples parlants, en gardant à l’esprit l’accessibilité aux enfants. Devant une œuvre d’art, les enfants posent les bonnes questions, celles que l’on ose pas toujours se poser parce qu’on a l’impression qu’on devrait savoir… C’est au bénévole alors de trouver la réponse ! Cette préoccupation de toujours se mettre à la portée des enfants, de retrouver le regard d’un enfant, est extrêmement rafraîchissante. Rappelons-nous que Picasso disait avoir mis toute une vie pour dessiner comme un enfant … J’ajoute qu’à VSArt Jeunes, j’apprécie énormément de pouvoir travailler en équipe et de rencontrer d’autres bénévoles pour échanger sur tous les sujets qui nous intéressent : l’art, les enfants, les techniques, les expositions…, et ce dans une ambiance décontractée et amicale.

haut de la page

Témoignages d'un atelier de théâtre :

Sylvie, comédienne et animatrice de l’atelier "Mon souhait le plus vif était de transmettre mon expérience, ma passion du théâtre par une approche ludique. Grâce à l'esprit de groupe, au travail sérieux et aux réelles motivations de tous les participants, l'objectif a été dépassé. Je ne peux qu'apprécier notre commune collaboration et tout ceci me touche profondément."

Raoul, un participant : "Le théâtre provoque des émotions bien différentes de celles des autres activités. Il me permet de mieux saisir le problème de la vie, de lui donner un autre sens, d'élever l'âme et le cœur, d'évoluer."

Paulette, une participante: "A mon âge, je n'aurais jamais cru possible de jouer les rôles qu'on m'a proposés. C'est une véritable évasion. Cela me permet d'échapper à la vie courante."

haut de la page

Témoignages d'un atelier d'écriture :

Dominique, éditrice et écrivain, l'animatrice, "L'atelier d'écriture que j'anime propose d'abord la lecture dynamique d'un texte où chacun intervient à tour de rôle. L'écho de certains passages donne lieu à une discussion qui va créer ou resserrer les liens entre les participants. A partir de la naissance de cette parole commune libérant notre enfant intérieur, je les aide à mettre progressivement en place leur écriture personnelle."

Ali, un participant : "J'ai beaucoup de plaisir à entendre les textes si vivants écrits, puis lus par ceux qui participent à l'atelier. J'y prends conscience du point de vue des autres et c'est ainsi que la ville de Saint Malo (que je connaissais déjà) m'est apparue différente sous la plume d'Alain qui a entrepris de nous raconter sa Bretagne natale."

haut de la page