Retour à la page d'acceuil

Témoignage

Témoignage d'une bénévole de "Ce soir, je sors"

Nicole :
La retraite c'est un mot synonyme de liberté, mais aussi d'inactivité et souvent de solitude. Lorsque pour moi l'échéance est arrivée, j'ai décidé de ne pas la subir, mais de la vivre. Et j’ai retenu le conseil prodigué par la conseillère d’Espace Bénévolat :
« Pour réussir votre activité bénévole, il ne faut surtout pas vous contraindre, mais faire quelque chose qui vous plaise ».

L'objectif de VSArt d'aller à la rencontre de personnes auxquelles leurs conditions de vie ne permettent plus d'avoir accès à l'évasion qu'offre la musique, la peinture, le spectacle correspondait à mes aspirations. Françoise Vercken, présidente-fondatrice de VSArt, m'a proposé d'organiser des sorties au spectacle pour des personnes handicapées vivant chez elles mais ne pouvant se déplacer seules.
C’est ainsi que « Ce soir, je sors » est né.

Au sein de VSArt, j'ai fait la connaissance de personnes motivées par ce qu'elles faisaient, prêtes à dialoguer pour trouver la solution aux problèmes qui se posent. Je m'y suis fait des amis.

N'ayant jamais eu auparavant de contact avec des personnes handicapées, c'est avec une certaine appréhension que lors de mon premier accompagnement au théâtre, je sonnai à la porte de l'appartement. Le sourire qui m'accueillit me détendit un peu et devant mon air interrogateur, la personne m'expliqua comment manœuvrer le fauteuil dans les meilleures conditions. Dans la voiture, en cours de route, la conversation s'est engagée tout naturellement et mon inquiétude s'est évanouie.

Au fil des années j'ai eu l'occasion de rencontrer des personnes très diverses et d'avoir ainsi des discussions fort intéressantes sur les sujets les plus variés. Les accompagnements dans ces conditions ne représentent plus réellement un effort mais deviennent d'agréables sorties.

Au cours de ces rencontres j'ai pu constater le temps, le courage et la ténacité que doit déployer une personne à mobilité réduite pour obtenir le même résultat qu'un valide et cela m'a parfois permis de relativiser mes difficultés personnelles. C’est une grande joie d'entendre une personne qui n'est plus allée au spectacle depuis de nombreuses années vous dire : « je ne croyais plus pouvoir un jour retourner au théâtre. »

haut de la page