Retour Haut

   linkedin

 VSART temoignage

Témoignages de bénévoles

Chantal, bénévole à «Chorale en Joie» , chante pour les personnes atteintes dune maladie de la mémoire.

« En arrivant à la retraite, je me suis posée la question: comment je peux donner sens à cette nouvelle vie qui commence pour moi. J’ai regardé et cherché quel était le fil qui m’avait conduite au cours de toutes ces années. Je me suis rendue compte que tout ce qui se vit grâce à la musique, nous met en lien et est partagé, réchauffe les cœurs. Alors, il y a eu ce déclic qui est venu jusqu'à moi. J’ai appris que la mémoire musicale reste gravée en nous jusqu'à la fin de notre vie.Un jour. J’ai vu une annonce qui cherchait des personnes pour commencer une chorale en joie dans le 17me, chorale qui s’adresse aux personnes qui ont la maladie d Alzheimer ou autres maladies de la mémoire vivant à domicile, et comme un élan venu du plus profond de mon être, je me suis dit : c’est là que je peux donner de la joie en chantant.Aujourd'hui mon expérience professionnelle et ma passion me permettent d’animer cette chorale qui se retrouve chaque semaine, au même endroit avec les mêmes personnes. C’est une fête à chaque fois. .. »

∼∼∼∼∼∼∼

Dominique, éditrice et écrivain, l'animatrice d'un atelier d'écriture.

"L'atelier d'écriture que j'anime propose d'abord la lecture dynamique d'un texte où chacun intervient à tour de rôle.L'écho de certains passages donne lieu à une discussion qui va créer ou resserrer les liens entre les participants. A partir de la naissance de cette parole commune libérant notre enfant intérieur, je les aide à mettre progressivement en place leur écriture personnelle." Ali, un participant : "J'ai beaucoup de plaisir à entendre les textes si vivants écrits, puis lus par ceux qui participent à l'atelier. J'y prends conscience du point de vue des autres et c'est ainsi que la ville de Saint Malo (que je connaissais déjà) m'est apparue différente sous la plume d'Alain qui a entrepris de nous raconter sa Bretagne natale."

∼∼∼∼∼∼∼

Sylvie, comédienne et animatrice de latelier de théâtre

"Mon souhait le plus vif était de transmettre mon expérience, ma passion du théâtre par une approche ludique. Grâce à l'esprit de groupe, au travail sérieux et aux réelles motivations de tous les participants, l'objectif a été dépassé. Je ne peux qu'apprécier notre commune collaboration et tout ceci me touche profondément." Raoul, un participant : "Le théâtre provoque des émotions bien différentes de celles des autres activités. Il me permet de mieux saisir le problème de la vie, de lui donner un autre sens, d'élever l'âme et le cœur, d'évoluer." Paulette, une participante: "A mon âge, je n'aurais jamais cru possible de jouer les rôles qu'on m'a proposés. C'est une véritable évasion. Cela me permet d'échapper à la vie courante. »

∼∼∼∼∼∼∼

Elisabeth, animatrice VSArt Jeunes.

« Depuis de nombreuses années, je pratique le modelage d’argile pour réaliser des objets et des sculptures de terre cuite. J’ai toujours dessiné ou peint pour mon plaisir.Mais je n’ai jamais eu l’occasion d’enseigner. Partager cette passion et ce plaisir de créer avec des enfants de quartiers dits « sensibles », dans un cadre extra scolaire, m’a paru d’abord un devoir d’équité : emmener des enfants au musée, leur faire découvrir les œuvres, leur rendre les artistes familiers et les lieux d’expositions attrayants. Plus ces enfants seront en contact avec le patrimoine, mieux ils se sentiront intégrés dans la société, maintenant, mais également plus tard, à l’âge adulte. Ils se rendront compte que les œuvres peuvent leur parler, les émouvoir, les inspirer, et qu’eux-mêmes savent être des créateurs, qu’ils ont la possibilité de s’exprimer, grâce à l’art, indépendamment du langage qu’ils ne maîtrisent pas toujours bien. Cette démarche permet également de valoriser des enfants qui peuvent être défavorisés dans le système scolaire traditionnel et, à cet égard, il faut souligner l’importance, pour cette valorisation, de l’exposition publique des travaux en fin d’année. Le rôle des bénévoles est surtout de « donner à voir », de susciter l’envie de découvrir, de « titiller » l’imagination des enfants et de les aider à découvrir des techniques. La façon très libre et spontanée dont la plupart des enfants abordent la création artistique fait que l’on remet en question pas mal d’a priori. Il faut également toujours concilier l’aspect ludique et l’aspect didactique des ateliers, sans jamais perdre de vue l’exigence de qualité de VSArt. En ce qui me concerne, la préparation des ateliers du mercredi m’oblige à me documenter, à rechercher des exemples parlants, en gardant à l’esprit l’accessibilité aux enfants. Devant une œuvre d’art, les enfants posent les bonnes questions, celles que l’on ose pas toujours se poser parce qu’on a l’impression qu’on devrait savoir… C’est au bénévole alors de trouver la réponse ! Cette préoccupation de toujours se mettre à la portée des enfants, de retrouver le regard d’un enfant, est extrêmement rafraîchissante. Rappelons-nous que Picasso disait avoir mis toute une vie pour dessiner comme un enfant … J’ajoute qu’à VSArt Jeunes, j’apprécie énormément de pouvoir travailler en équipe et de rencontrer d’autres bénévoles pour échanger sur tous les sujets qui nous intéressent : l’art, les enfants, les techniques, les expositions…, et ce dans une ambiance décontractée et amicale. »

∼∼∼∼∼∼∼

Laure, animatrice de Récré-Art

« Depuis dix ans déjà, l'équipe Récré-Art, lancée par Paulette Vigneron, apporte aux enfants hospitalisés quelques moments privilégiés d'éveil aux activités artistiques. L'idée de départ est toute simple : rassembler des bénévoles qui iront dans les hôpitaux faire vivre aux enfants malades une parenthèse de bonheur autour d'activités artistiques.Où cela se passe-t-il ? Là où l'hôpital peut nous accueillir : l'atelier existe d'abord dans l'enthousiasme de l'enfant. Même s'il n'est parfois qu'un coin de chambre, de salle à manger ou de salle de jeux. Tout commence par la motivation : un conte, l'observation des œuvres d'un peintre ou l'expérience d'une matière. Et puis sur le thème retenu, on commence à créer, à détourner des objets quotidiens, à en imaginer d'autres, à travailler les volumes, les couleurs. Bien évidemment, nous éprouvons des difficultés, celle de travailler avec des apprentis-peintres sans cesse différents car beaucoup ne restent pas longtemps à l'hôpital. Celle de construire des séances qu'il faut souvent réadapter en fonction des enfants que l'on découvre, de leur âge, de leur état médical. Les uns arrivent parfois avec leurs perfusions, les autres doivent interrompre leur chef d'œuvre pour partir en soins. Ce pari pouvait laisser sceptique : est-ce bien le moment de faire découvrir l'art aux enfants quand ils sont malheureux, partagés entre la souffrance et la solitude ? Dix ans de jeux, d'évasion, de rêve et de créations parfois étonnantes montrent que ce pari était finalement très sage. »

∼∼∼∼∼∼∼

Dominique, conférencière VSArt , ex-professeur dhistoire.

« Une fois en retraite, convaincue que l’accès au savoir était l’une des clefs de la confiance en soi et en les autres, j’ai cherché comment continuer à transmettre : j’ai alors découvert VSArt et le projet de partager la culture pour tisser des liens m’a enthousiasmée ! Il y a d’abord le plaisir de continuer à apprendre en travaillant des sujets qui me passionnent comme l’Egypte ou Cuba. Mais après plusieurs mois à VSArt et quinze conférences, je veux surtout parler des rencontres. Bien sûr les publics sont différents à cause de l’âge, du milieu, de la santé mais, toujours, j’ai croisé des regards attentifs, intéressés, bienveillants, joyeux ; toujours j’ai reçu des questions ou des récits qui donnaient de la vie à ce que j’exposais. C’est donc bien d’échange qu’il s’agit et, à chaque fois, le sentiment d’avoir été utile m’a remplie d’énergie. »

Témoignages de partenaires

Laurent, responsable des animations dans un EPHAD

« Nous sommes ravis des interventions de Véronique, bénévole de VSArt, qui fait preuve d’autant de talent que d’un fantastique sens du contact auprès de nos résidents. Ses ateliers sont très attendus et appréciés. Elle sait s’adapter aux capacités de chacun et se montre encourageante, valorisante et bienveillante ».

 ∼∼∼∼∼∼∼

Pauline, éducatrice spécialisée à l'unité de médecine de l'adolescent à l'hôpital Ambroise Paré

« Je tenais à vous remercier pour la qualité des ateliers qui se sont tenus durant ces deux premiers mois de l’année, mais aussi pour le lien qui se crée et le dialogue facile avec les bénévoles.
La présence des patientes adolescentes au sein des ateliers en témoigne !».

∼∼∼∼∼∼∼